«

»

May 27

Distopiary

Yo ! Ici Joh-san à nouveau pour une nouvelle review d’un manga que j’ai découvert récemment. Il s’agit de Yakushoku distopiari ou simplement Distopiary pour les pays de l’ouest ! J Il y a encore assez peu de chapitres qui sont sortis mais je me fais déjà quelques idées dessus et sur ses potentiels

 

Présentation

Titre : Distopiary/Yakushoku Distopiari – Gesellschaft Blume

Scénario : Fumitaka Senga

Dessin : Tellmin’

Genre : Fantasy, action,

Catégorie : Shonen

Synopsis

Dans un monde semblable à un jeu de RPG, où à les métiers et le rôle de chacun dans la société sont déterminés dès la naissance, Truza en tant qu’exterminateur a pour mission de défaire le roi démon, être maléfique qui apparait tous les 4 ans. Pour cela, il recherche des compagnons qui pourront l’aider à devenir plus fort mais nul ne sait le sombre secret qui fait la force d’un exterminateur.

Mes observations

Encore une fois, j’avais découvert cet œuvre par hasard, grâce à la publication d’un ami sur facebook qui m’a intriguée. J’ai cherché et je dois dire que je n’ai pas été déçu 😉

Alors tout d’abord, sur la forme : les dessins sont plutôt pas mal autant pour le décor que pour les personnages et leurs designs. Des trames sombres pour accentuer l’ambiance glauque et austère. Les effusions de sangs ont un style qui se rapproche un peu des comics américains, personnellement je n’adhère pas trop, j’ai l’impression que ça adoucie légèrement les scènes.

Sur le fond : Le scénario est pour moi plutôt pas mal. Il suit une ligne directive bien fixée mais les petites tournures qui apparaissent donnent plus d’intrigues et d’intérêts à l’histoire. Le pouvoir de Truza, le héros de l’histoire est aussi original et bien pensé : utiliser la  force de ses camarades morts au combat pour augmenter sa puissance. J’aime bien ce côté-là, assez original, où, à l’instar des autres œuvres où le héros fait tout son possible pour protéger ses camarades alors qu’ici, il fait tout le contraire. Cela donne alors une dimension psychologique et morale dans ce monde cruel et impitoyable dans lequel il se trouve.  De plus, l’apparition d’un autre exterminateur qui n’est pas d’accord avec le système et qui cherche un autre moyen d’augmenter sa force sans avoir à sacrifier ses camarades ouvre des débats sur le concept de bien et de mal et aussi de conformisme ou d’anticonformisme avec le système où chacun  est presque limité au rôle qui lui a été attribué depuis sa naissance.

Au final, je pense que Distopiary a du potentiel même si pour l’instant il est assez moyen-moyen. L’intrigue est assez classique : il y a les « gentils » et  le « boss des méchants » à détruire sauf que le système vient amène le héros à se demander si son chemin est vraiment le bon.

Bref… Pour l’instant, je suis encore assez mitigé vis-à-vis de cet œuvre. J’attends encore de voir la suite pour me fixer mais dans tous les cas, je vous le conseil vivement, je pense quand même qu’il vaut le coup d’œil.

Merci d’avoir lu, bonne continuation et à la prochaine 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>